Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco Green | ToulÉco TV

Depuis le Tarn, l’appli My Sam monte en puissance

Contre-modèle prometteur de l’application Uber en perte de vitesse, My Sam a été lancée en 2017 par un entrepreneur albigeois. Elle accompagne aujourd’hui près de 7000 chauffeurs VTC partout en France et commence à se projeter au-delà des frontières hexagonales.

Dans un arrêt rendu le 4 mars dernier, la Cour de cassation a requalifié un chauffeur VTC [1] travaillant pour Uber en salarié de la plateforme. Une grande première qui, tout en faisant trembler le géant américain, donne quitus à la société albigeoise. « Tout ce qui est reproché à Uber obéit chez nous à un fonctionnement différent », explique Pierre Rosi, fondateur de l’appli tarnaise. En ce qui concerne le choix des tarifs, par exemple, rien n’est imposé aux chauffeurs chez My Sam puisque les tarifs pratiqués sont soumis au vote. Deuxième différence : l’entreprise tarnaise propose aux chauffeurs de sa « communauté » de se créer un fichier clients numérique qui leur appartient et qu’ils gèrent comme ils l’entendent. Dernier point crucial : dans la communauté My Sam, rien n’oblige à accepter les courses.

Un maillage territorial très large

Un contre-modèle prometteur donc, qui permet à l’appli tarnaise de se sentir pousser des ailes. Elle revendique d’ailleurs depuis quelques mois sa position de leader en termes de disponibilité sur le territoire national. « Notre force est que nous sommes présents aussi bien dans les petites villes que dans les grandes, explique Pierre Rosi. Par ailleurs, notre clientèle très business et majoritairement composée de CSP+ est appréciée par les chauffeurs. »

Le succès se traduit en outre par un chiffre d’affaires « qui double chaque année » et encourage l’entreprise albigeoise à envisager de nouveaux horizons. « Avant la crise liée au coronavirus, nous nous apprêtions à nous lancer en Belgique, à la demande de la clientèle » , indique Pierre Rosi. « Nous comptons enchaîner avec la Suisse, l’Espagne et l’Italie. » À plus long terme, l’entrepreneur évoque le Royaume-Uni, « un marché quatre fois plus important que la France », et les États-Unis. Seule certitude : le siège social restera à Albi. « Nous tenons à notre implantation dans le Tarn », indique le chef d’entreprise. « Tant qu’on pourra se le permettre, nous resterons à ici. »
Emilie Gilmer

Sur la photo : Pierre Rosi a lancé l’appli My Sam en 2017. Crédits : DR.

Notes

[1Véhicule de tourisme avec chauffeur

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-tarn.fr/Depuis-le-Tarn-l-appli-My-Sam-monte-en-puissance,28366