Nos autres médias ToulÉco | ToulEmploi | ToulÉco Green | ToulÉco TV

Depuis le Tarn, Syselec défend le « made in France compétitif »

Spécialisé dans le câblage d’armoires électriques et de cartes électroniques, Syselec vient de terminer son installation dans sa nouvelle usine de Castres. Ce site de production doit permettre au groupe tarnais de poursuivre sa croissance et de maintenir « un made in France compétitif »

Installé historiquement à Labruguière, où il maintient son activité de câblage d’armoires électriques, le groupe Syselec a terminé l’année 2020 avec une nouvelle implantation sur le site du Causse, à Castres. Après l’acquisition en 2017 de deux machines automatisées de pose de composants pour 970.000 euros, le groupe tarnais franchit donc une autre étape décisive dans son développement. La livraison de son nouveau complexe immobilier de 4000 m² imaginé par l’Atelier d’Architectes Associés de Sorrèze s’est déroulée en deux temps avec, en juillet, la mise en opération d’une usine de 3000 m² dédiée au câblage de cartes électroniques et, début novembre, l’arrivée des équipes administratives et des bureaux d’études.

Ce nouveau site, à la mesure de la croissance de Syselec, qui est passé entre 2013 et 2019 de dix-sept salariés et 3,5 millions de chiffre d’affaires à quarante-six personnes et 9 millions d’euros, accueillera à terme toutes les activités du groupe. « Les locaux et le terrain de trois hectares sont dimensionnés pour cela. Nous avons déjà dessiné les futures extensions pour atteindre 11.000 m² couverts », explique Fabrice Castes. Dans ce contexte de crise sanitaire, le président de Syselec, qui a racheté l’entreprise en 2013, ne cache pas sa « fierté » d’avoir maintenu son plan d’embauche et d’investissement de 4,8 millions d’euros et d’avoir fait face à une baisse de chiffre d’affaires de 20% sans toucher aux effectifs.

Favoriser son territoire

Ardent défenseur du patriotisme industriel, le dirigeant n’a eu recours pour le chantier de son nouveau site qu’à des entreprises locales et s’indigne de voir de grands groupes français si peu enclins à favoriser leur territoire. « Nous faisons la démonstration, à notre échelle, dans la production électronique, qu’il est possible de proposer du made in France compétitif. La concurrence de l’Asie, de l’Afrique du Nord ou des pays de l’Est est pourtant rude, ce n’est pas simple. Nous nous battons régulièrement contre les réflexes de services achats de grands donneurs d’ordre qui raisonnent trop souvent made in low-cost alors qu’il y a parfois très peu de différence avec du made in France. »

Pour Fabrice Castes, il est « anormal que de grands industriels comme Airbus, Peugeot ou Renault bénéficient d’aides de l’État alors qu’ils ne jouent pas le jeu et sous-traitent à l’étranger ». Le président de Syselec fait aussi, pour ses clients, le pari de l’innovation locale. Depuis 2015, l’entreprise a accompagné l’industrialisation d’une vingtaine de projets portés par Naïo Technologies pour ses robots agricoles autonomes, par la start-up toulousaine Ffly4U, spécialisée dans les capteurs connectés pour la localisation de palettes et de containers, ou encore par Apisolis. La jeune pousse basée à Saint-Jory, près de Toulouse, a déjà commandé un millier de pièces à Syselec pour ses vaporisateurs électroniques pour ruches. La prochaine commande en mars portera sur plus de 3000.
Johanna Decorse

Sur la photo : Racheté en 2013 par Fabrice Castes, le groupe Syselec est passé de 17 salariés et 3,5 millions de chiffre d’affaires à 46 personnes et 9 millions d’euros de volume d’activité. Crédit : DR

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco-tarn.fr/Depuis-le-Tarn-Syselec-defend-le-made-in-France-competitif,30234