ToulÉco Tarn

Publié le mardi 14 novembre 2017 à 20h12min par Anne Marie Bourguignon

Une quarantaine d’artisans chinois préparent le Festival des lanternes à Gaillac

Depuis le 16 octobre, trente-huit ouvriers chinois et six superviseurs préparent les fabuleuses sculptures lumineuses qui seront installées dans le Parc Foucaud à Gaillac. Ce décor assurera l’animation du Festival des Lanternes durant deux mois.

Après Dallas, Toronto ou encore Singapour, le célèbre Festival des Lanternes « Féeries de Chine » va donc se produire à Gaillac dans le Tarn. Installés sur 1000 m² d’ateliers éphémères mis à leur disposition par la mairie, les artisans chinois répartis en quatre équipes de métalliers, soudeurs peintre sur soie, couturières ou électriciens, vont mettre un mois et demi pour créer de toutes pièces des œuvres monumentales. Près de neuf containers contenant le matériel nécessaires à ces créations ont été achemnés dans le Tarn.

Tandis qu’à l’intérieur, des paons géants exhibent déjà leurs plumes colorées, dehors, un troupeau de pandas, puis plus loin une horde de zèbres en folie narguent le dragon composé d’assiettes et de cuillères en porcelaine !

Au détour du Parc, quatre animaux légendaires (mi-lion, mi-licorne) sont finalisés avec quelque 60.000 fioles attachées une à une avec un petit fil de cuivre. Des fioles médicales remplies d’un liquide de couleurs différentes qui donneront un effet multicolore. Précision et minutie des gestes sont de rigueur. Les conditions de travail respectent la loi française et ont été avalisées par la Direccte.

Co-organisée par les villes de Gaillac et de Zigong, les deux villes sont en cours de jumelage, la manifestation est assurée par la société Zigong Lantern Culture Industry Group qui a permis la venue de l’équipe chinoise. Lan Quing, coordinatrice du projet pour cette entreprise explique : « Ce festival des lanternes est le plus attractif et le plus artistique de la tradition culturelle chinoise. Il vient de la fête de Yuan Xiao célébrée quinze jours après notre nouvel an chinois**. Une fête familiale très importante en Chine. Les frais du spectacle que nous sommes venus réaliser, ici, s’élève à environ 700.000 euros ».

De nombreux partenaires locaux investis

La ville de Gaillac a mis en place plusieurs partenariats, l’accueil, le prêt du matériel pour les structures de montage comme le levage, avec une quarantaine de partenaires privés (Loxam, Pierre Fabre, Enedis, etc.). Pour le transport, la SNCF a mis en place un tarif préférentiel sur la ligne TER Toulouse-Gaillac (5 euros) pour la durée du festival. Pour couvrir ses frais la mairie estime avoir besoin de 30.000 entrées (de 13 à 18 euros), mais espère doubler la mise.

Chaque soir, dès 18 heures, les visiteurs découvriront les féeries de Chine à travers trente-six tableaux et cent sculptures lumineuses monumentales. Au-delà de la représentation du temple du ciel en contrebas du jardin, un espace est réservé à des sculptures lumineuses dédiées à la thématique viticole, présentée en six tableaux, en hommage au gaillacois.

Des verres à vin géants colorés, un pigeonnier, une gabarre, la fontaine du Griffoul, donnent la réplique aux pagodes et animaux fantastiques. Et trois fois par soirée, la troupe de Sichuan aux fameux masques changeants fera son prestigieux spectacle de transformisme de visage dans l’hémicycle des anciennes écuries du château Foucaud.

Des artisans chinois originaires de Zigong animeront un marché artisanal et créeront des sculptures sur pierre, des bijoux en perles, des porte-bonheurs etc. De quoi attaquer l’année nouvelle sous bon augure.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : Les artisans chinois à l’œuvre sur le site du Parc Foucaud, les fameuses fioles qui forment les aniamux fantastiques et les emblémtiques verres à vin de Gaillac.

Photo AMB - ToulÉco

*Festival des lanternes ‘Fééries de Chine » du 1er décembre au 31 janvier 2018. Tous les jours de 18h à 23 heures dans le Parc Foucaud à Gaillac dans le Tarn. Tarif 13 à 18 euros. Gratuit pour les -10 ans.

Site : www.festivaldeslanternes-gaillac.fr

**à l’origine, cette manifestation a été possible grâce à la mise en relation des conservateurs des musées de Gaillac et de Pékin à travers un projet d’échange de collection le temps d’effectuer des travaux dans ce dernier. Une énorme collaboration qui a permis d’envisager un jumelage entre une ville d’Occitanie et une du Sichuan.

2 Commentaires

  • Le 15 novembre à 10:15 , par Bernard Cottaz-Cordier

    Bonjour,
    Deux plaintes déposées ne méritent pas une ligne …. ? Désolant.
    Salutations.

  • Le 17 novembre à 07:08 , par Edouard

    Bonjour,
    Etonnant en effet… aucunes lignes sur les doutes qui planent autour du montage de ce projet et sur le passage au tribunal administratif. Aucunes interrogations dans cet article sur le montage financier (le budget prévisionnel semble plus que flou) et sur les liens entre les différents protagonistes…
    Pour info, la tenue de ce festival dépend désormais de la décision du tribunal administratif de Toulouse à la demande de référé suspension déposée par l’opposition à la mairie de Gaillac. L’opposition municipale estime qu’elle a été mise devant le fait accompli et que le projet, mené dans la plus grande opacité, fait courir un risque financier considérable à la ville sans qu’il n’y est eu de discussion démocratique sur le sujet.
    Ce sujet mériterait d’être un peu plus creusé !

Répondre à cet article