ToulÉco Tarn

Publié le mardi 8 mai 2018 à 17h52min par Anne Marie Bourguignon

Traitement de surface. Ano’Tech investit pour développer son outil de production

Retrouvez cet article sur le site de

Spécialiste des techniques de sablage, grenaillage et thermo laquage, l’entreprise Ano’Tech est implantée dans le Tarn depuis sa création. Forte d’un savoir-faire remarquable, elle donne une finition parfaite à tout élément, du prototype à la grande série.

Des meubles industriels, des pièces de serrurerie, de chaudronnerie ou de métallerie… Dès l’abord du site d’Ano’Tech dans la zone de la Bouissonnade à Lagrave on devine la variété et l’exigence des traitements qui vont leur être prodigué par la douzaine de personnels. De la cabine de sablage à jet libre à la grenailleuse automatique en passant par l’étuve de polymérisation un four géant, à l’atelier de préparation.

Ouvrier metteur au bain, Eric Ferdouel, (qui fête son 45e anniversaire cette semaine) est un Pyrénéen arrivé dans le Tarn en 1996 où il a fait dix ans de carrière chez Fin’tech. En 2004, il se lance dans l’entreprenariat en créant Ano’Tech pour faire de l’anodisation, un traitement de surface sur de l’aluminium (poignées de portes, charnières etc). Une activité qu’il suspendra en 2007 « pour manque de marché », explique t-il. Il pendra ensuite une nouvelle orientation avec la création de l’atelier de thermo-laquage avec trois spécialistes.

L’équipe se lance dans la peinture au four sur des matériaux conducteurs, des pièces en acier galvanisé, en alu et en inox pour tous les équipements métalliques de tous secteurs. Les clients sont exclusivement des professionnels : artisans, industriels, serruriers, chaudronniers, métalliers, T.P, équipementiers de magasins ou de meubles industriels etc. Des grands noms comme Soprofen (Tryba), Ferronnerie Occitane, Integra de Blagnac, SPB à Albi et d’autres qui, de bouche à oreille, partagent la qualité de travail.

L’entreprise est familiale : tandis que Véronique son épouse se charge de l’administratif, Lucas son fils de 20 ans est en formation dans l’atelier pour tester son envie de reprendre les rênes. Et Clément son jeune frère de 17 ans est quant à lui en chaudronnerie à Mazamet. Aujourd’hui, ils sont donc une douzaine à générer un chiffre d’affaire de 1,1 million d’euros en constante croissance (+13% sur l’exercice précédent).

Des investissements en série pour assurer la demande

« Il y a deux ans nous avons acheté une grenailleuse automatique qui nous permet d’optimiser l’outil en réduisant le temps de préparation manuelle qui était plus longue. Un investissement de 300.000 euros que nous avons pu faire avec l’aide du Conseil régional d’Occitanie et grâce à l’accompagnement de la CCI », détaille le chef d’entreprise. « Ensuite, nous avons installé une seconde ligne de peinture pour répondre à la demande croissante. Et nous avons acheté un terrain mitoyen pour faire une zone de réception et d’expédition de 1000 m². »

De nouveaux investissements sont prévus cet été, à hauteur de 220.000 euros pour restructurer l’atelier d’origine, et ainsi réduire encore le délai d’attente du client et faciliter la manutention. Eric Ferdouel espère ainsi continuer à créer au moins une embauche par an, comme depuis quatre ans.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : Eric Ferdouel dirigeant fondateur d’Ano’Tech à Lagrave dans son atelier. Photo AMB - ToulÉco.