ToulÉco Tarn

Publié le mardi 6 octobre 2015 à 21h19min par Anne Marie Bourguignon

Tarn. Le groupe Agri inaugure sa plateforme de valorisation unique en France

Retrouvez cet article sur le site de

Jeudi, le groupe Agri a inauguré, à Montans, sa plateforme de valorisation de matières végétales, composée d’une unité de méthanisation en voie sèche discontinue, unique en France par son modèle et son ampleur et d’une usine de Biomasse.

Tout un aéropage de personnalités, d’élus, d’entrepreneurs est venu sur le site de La vernière admirer les installations équipées de technologie de pointe pour la production d’énergies renouvelables. L’occasion pour le groupe Agri de présenter une nouvelle entité issue de ses équipes de R&D qui ont mis au point la conception d’un modèle d’unité de méthanisation que l’entreprise peut désormais construire clefs en main et sur-mesure, dimensionnée par rapport au volume d’intrants et autres facteurs. Agrithane fait d’ores et déjà l’objet de plusieurs contacts en France et d’un premier à l’international.

Autre nouveauté le même jour, la société a lancé la commercialisation sur le net d’une nouvelle gamme de buchettes à haut rendement énergétique. « Nous les commercialisons directement en e-commerce sous la marque Mademoiselle Bûche* et assurons la livraison sous sept jours partout en France », explique Nicolas Saint-Jean, directeur travaux d’Agri 2000. Outre des particuliers, déjà ces buchettes sont en commande en gros pour RAGT ou encore Brazeco (sous son packaging).

Sur un site sécurisé de sept hectares

C’est à Nicolas Dubousquet, 38 ans, que le Tarn doit cette réalisation. Titulaire d’un BTS agricole et d’un DEUG en sciences économiques, il reprend l’entreprise familiale de culture de céréales et de travaux agricoles, en 2003 à Montans, avec quatre salariés. Dans la foulée, il crée Agri 2000 pour des travaux d’élagage et d’abattage, puis Agri Environnement en 2010 pour des travaux de terrassement et traitement des sols pour le secteur des Travaux Publics.

Aujourd’hui, il dirige 70 salariés sur le même site. Un site sur sept hectares, sécurisé, entièrement aux normes ICPE (Installations Classées pour la Protection de l’Environnement). Un modèle du genre. Avec ses silos, en voie sèche c’est la première unité du genre en France de cette dimension. Le groupe Agri génère un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros. Son objectif est de le doubler en 2020 et d’arriver à employer une centaine de salariés.

Cette plateforme de valorisation recycle tous les produits des activités de culture de la SCEA Dubousquet. Ce projet poursuit un double objectif : énergétique et agricole. Il a nécessité un investissement de 7 millions d’euros, doté d’une subvention de 1,38 million d’euros de l’Ademe dont 440.000 euros du Conseil régional de Midi-Pyrénées, et encadré pour les dossiers par la communauté de communes Tarn & Dadou et la mairie de Montans.

L’intégralité des sous-produits valorisée

Ici, récupérés, les résidus (tiges, cannes, paille) des cultures (maïs, blé, tournesol, colza, soja), soit 80% de la production, plus du fumier et de la fiente de volailles, sont méthanisés sur place. Le biogaz produit alimente un moteur de cogénération de 600 Kw. Soit l’équivalent de la consommation de 1500 foyers en électricité (hors eau chaude et chauffage), électricité revendue à ERDF. « Ce projet s’inscrit pleinement dans une démarche d’économie circulaire où l’intégralité des sous-produits est valorisée. La méthanisation permet de revoir les pratiques culturales ancestrales pour tendre vers une agriculture raisonnée. Avec moins d’irrigation, plus de rotation et la réduction de pesticides ou d’engrais chimiques », s’enorgueillit Nicolas Dubousquet.

Un bénéfice éco-écolo avéré

Ce moteur qui produit, par ailleurs, de la chaleur (400 Kw thermiques), récupérée pour sécher les plaquettes forestières de l’usine de biomasse accolée, valorise également tous les sous-produits d’Agri 2000. L’unité de déboisement, Agri Environnement, de dégagement d’emprise, assure, aussi, l’entretien de grandes infrastructures routières, gazières, ferroviaires. Ces plaquettes forestières sont séchées par ce système de cogénération. Puis transformées en bûches de bois reconstitué grâce à de grosses presses à destination des foyers fermés, des inserts, des poêles, pour des particuliers, des revendeurs, des entreprises comme Airbus qui en brûle quelques milliers de tonnes par an.

« C’est un bonus écologique car ces matières étaient jusque là broyées et laissées sur place, à se décomposer sur les chantiers. Elles sont, aujourd’hui, récupérées et valorisées. Et un avantage économique car elles produisent quatre fois plus d’énergie qu’une bûche, avec une facilité d’utilisation reconnue », explique le dirigeant.
Quant au digestat, la matière dégradée est utilisée par l’exploitation comme compost naturel, se substituant ainsi à l’usage d’engrais chimiques. Les menues pailles sont également récupérées pour être méthanisées. Ce qui permet aussi de réduire la prolifération d’adventices (mauvaises herbes) et donc de limiter, également, l’usage de désherbants.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : Nicolas Dubousquet, dirigeant fondateur du groupe Agri et Nicolas Saint-Jean, directeur travaux d’Agri 2000.En haut devant Agrithane, le modèle d’unité de méthanisation. En bas : devant les pyramides de bois pilé pour les buchettes

Photo AMB - ToulÉco.

1 Commentaire

Répondre à cet article