ToulÉco Tarn

Publié le mardi 15 mai 2018 à 19h25min par Anne Marie Bourguignon

Sirius : des potagers du Tarn au marché japonais

Après la lavande, les laboratoires Sirius relancent la culture du pastel dans le Tarn. Pour répondre à une croissance continue d’activité, Gilles Berthoumieux, le fondateur de l’entreprise, va investir 3 millions d’euros dans un bâtiment bioclimatique sur la zone de la Prade à (...)

« Ce bâtiment doit être exemplaire au niveau industriel. Conçu par le cabinet d’architecture Collart, spécialiste de bâti à énergie positive comme celui d’Ecocert à L’Isle-Jourdain, il permet de s’orienter vers une production bio qui est la suite logique, et d’aller vers l’exemplarité de l’économie d’énergie. Cette construction de 2000 m² sur un terrain de 5000 m² va nous permettre d’agrandir la structure actuelle en se mettant aux normes industrielles d’ici fin 2018 », explique Gilles Berthoumieux dont la société génère un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros et emploie trente-huit salariés. L’inauguration de cette nouvelle structure de production coïncidera par ailleurs avec la création de plusieurs emplois.

La fibre internationale

Depuis Cambounet-sur-le-Sor, Sirius produit et distribue des produits cosmétiques et aromatiques biologiques pour les plus grandes enseignes. Sur les hauteurs, autour du château de famille, Sirius a entre autres créé une gamme spécifique d’huiles pour les ongles lancée au Japon et qui l’a propulsée à l’international. Vendue aussi dans les palaces parisiens comme le Ritz ou le Meurisse, elle l’est désormais aussi au Bon marché. Les laboratoires Sirius ont la fibre internationale et réalisent 30% de leur activité à l’export. Le fondateur qui a positionné la marque sur une niche de sourcing de matières premières bio, parcourt la planète pour dénicher les essences les plus rares et les plus précieuses. Et propose les produits manufacturés auprès de clients prestigieux, au Japon notamment. L’entreprise a par ailleurs lancé sa marque de soins d’aromathérapie : Ad Naturam, qui propose une gamme d’huiles essentielles utilisée pour des soins. Les produits sont d’ailleurs commercialisés à La boutique à côté du potager, installée au coeur du domaine.

La culture du pastel

Après avoir lancé la culture de lavande en 2015, le dirigeant vient de démarrer un nouveau programme Lavande sur dix hectares supplémentaires. Sous la marque Château des plantes, la société Sirius est seule à produire, planter, récolter et extraire le pigment du pastel en Pays de Cocagne sur quatre hectares pour les feuilles et quatre hectares pour les graines. Cette initiative fait partie depuis 2017 du programme Mirabila initiée par les chambres de commerce européennes en partenariat avec l’Unesco. Cela permet d’identifier des activités économiques liées à l’histoire du patrimoine près des sites classés. Un savoir-faire dont le site tarnais de Sirius use en accueillant des visites organisées par les professionnels du tourisme sur le domaine pastelier, de la récolte à la teinture, en passant par l’extraction. Un vrai musée vivant.

Par ailleurs sur le mode de l’économie circulaire, l’entreprise travaille avec son voisin BR Conditionnement, société créée par Gilles Berthoumieux il y a dix ans. Il a d’ailleurs noué des partenariats « gagnants » sur des produits cosmétiques (crème pour les mains, lait pour le corps) avec le parfumeur Berdoues installé à Toulouse. Il collabore aussi avec les Laboratoires Pierre Fabre sur le sourcing des huiles essentielles bio pour Nature active, la gamme d’aromathérapie.
Anne-Marie Bourguignon

Sur les photos :
En haut : Le plan du futur bâtiment bioclimatique sur la zone de la Prade à Soual. Crédits : DR
En bas : Récolte du Pastel. Crédits : DR