ToulÉco Tarn

Publié le mardi 4 novembre 2014 à 21h38min par Anne Marie Bourguignon

Reprise d’entreprise. Les salariés de la Fonderie Gillet devront attendre le 18 novembre

Le tribunal de commerce d’Albi se donne le temps de la réflexion quant à l’offre de reprise de la Fonderie Gillet, présentée par une trentaine de salariés. Mardi soir, il a mis sa décision en délibéré au 18 novembre.

Soutenus par Jean-Jacques Savenier, l’administrateur judiciaire et Cyril Rocher de l’Urscop (l’union des Scop régionales), qui les a aidés à monter le dossier, 27 salariés sur les 41 personnels de la Fonderie Gillet souhaitent reprendre les manettes de l’entreprise. Un véritable challenge pour ses ouvriers impliqués dans sa survie.Mardi soir, le tribunal de commerce d’Albi a mis sa décision en délibéré.

« Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 18 novembre, pour nous permettre de créer la scop et d’apporter la garantie bancaire. Nous nous dépêchons de lui donner satisfaction dans l’espoir d’avoir la décision plus vite », a commenté Me Christophe Lèguevaques, leur avocat, spécialiste de la reprise d’entreprises.

.
Pour Cyril Rocher, représentant de l’Urscop : « Cette reprise sous format coopératif est une offre sérieuse déposée par une équipe sérieuse. Ils ont un marché, un positionnement industriel avéré, une équipe soudée. Tous les ingrédients sont désormais réunis pour réussir ». D’autant qu’ils ont même réussi à rallier un projet de reprise concurrent par un industriel aquitain, qui au vu du dossier et suite à une rencontre des salariés, a décidé de rejoindre l’équipe en tant que coopérateur associé. Jacques Bernardi sera donc le nouveau président.

Dans un premier temps, Boris Boissière, actuel adjoint de direction depuis cet été, qui va devenir l’un des directeurs se félicite : « Nous avons continué de sortir des pièces de petites et moyennes séries pour tous les secteurs d’industrie, pour la SNCF, SIDES (camions de pompiers), Alstom, Michelin etc. Nous avons 250 clients y compris des particuliers. Nous pouvons fabriquer autant une roue Francis pour centrale hydraulique qu’une boîte à charbon. Nous aimons notre métier. Il existe, ici, un vrai savoir-faire de conception, de travail d’alliages (alu, bronze, cupro-alu) que l’on ne trouve pas partout en France ».

Créée en 1932 par la famille Gillet, la Fonderie éponyme a connu une belle histoire industrielle depuis 1687. C’était alors la première fonderie du roi soleil. La plus vieille fonderie de France. Vendue en 2008 à Pierre Lenne, c’est un industriel affineur qui l’a rachetée à la barre du tribunal. En six années, la société a ensuite connu deux dépôts de bilan. Mise en liquidation avec recherche de repreneur le 22 juillet 2014, jusqu’à la date limite du 12 septembre, reconduite au 28 octobre, l’entreprise n’a pas interrompu pour autant son activité.

Si l’entreprise a stabilisé son chiffre d’affaires à trois millions d’euros, l’équipe de la nouvelle Scop espère bien arriver à réaliser au moins 2,5 millions d’euros, dans un premier temps.
Anne-Marie Bourguignon

3 Commentaires

  • Le 24 janvier 2015 à 14:05 , par Nulens Maud

    A tout le personnel de la fonderie Gillet.

    Toutes mes félicitations à tous ces courageux.« »

    Je vous souhaite de tout coeur de réussir la reprise de votre entreprise.

    Cela fait chaud au coeur de vous voir tous motivés et heureux. Très émouvant…

    Maud Nulens.

    • Le 24 janvier 2015 à 18:00, par MEUNIER Bernard

      Ayant vu le documentaire sur A2 le 24 janvier 2015 sur la reprise de votre entreprise par les employés, mon épouse et moi-même avons été émus. Nous vous souhaitons de tout cœur que votre projet réussisse et l’on souhaite longue vie à votre société. Bernard et Michèle MEUNIER 49125 TIERCE

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

    • Le 24 janvier 2015 à 18:03, par joubert christian

      Bien d’accord avec vous ; par les temps qui courent , ça force le respect et donne un exemple magnifique de la capacité de réactions d’un groupe d’individus unis dans un même but : conserver leur emploi. De voir que la motivation partagée par chacun est de conserver un outil de travail qui leur apporte le bonheur de travailler dans un groupe de copain. Bravo à toutes ces personnes et courage pour l’avenir. Etant ancien fondeur créateur d’une fonderie je sais que la route sera difficile mais au soir des fins de mois et des conte rendu de résultats je leur souhaite d’éprouver ce sentiment merveilleux de fierté d’avoir réalisé quelque chose. Espérant avoir de bonnes nouvelles quand à votre avenir. Encore bravo et bonne route . Ca vas le faire !!!!

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

Répondre à cet article