ToulÉco Tarn

Publié le mardi 24 janvier 2017 à 18h56min par Isabelle Meijers

MySam, l’application alternative à Uber pensée pour les chauffeurs VTC

Répondre aux attentes des chauffeurs VTC en matière de tarification ou de rémunération via un système de réservation à la fois communautaire et individuel… L’application tarnaise pour smartphones MySam le fait.

Alors que les chauffeurs VTC sont en grogne contre les plateformes de réservation, notamment le leader Uber, l’application MySam développée dans le Tarn par Pierre Rosi arrive à point nommé. « J’en ai eu l’idée fin 2015 après six mois d’exercice du métier de chauffeur VTC. MySam a été conçue en collaboration avec les chauffeurs et les clients pour encourager la relation de fidélisation entre les deux parties, et non sur un principe de séparation comme dans les applications classiques », explique Pierre Rosi, président de MySam.

Un intérêt commun et individuel pour les VTC

Ainsi, un chauffeur peut se constituer un fichier clients personnel. Lorsqu’un client le contacte et qu’il n’est pas disponible, il percevra une rétro-commission sur la course effectuée par un autre chauffeur de la communauté MySam en tant qu’apporteur d’affaires. L’idée est d’aider le chauffeur à se constituer un fonds de commerce cessible en fin d’activité. Même esprit collaboratif dans la tarification des courses votée par l’ensemble des chauffeurs. Quant à la commission perçue par l’application, elle se situerait à 10% pour les clients envoyés par MySam « contre 25% aujourd’hui pratiqués par Uber par exemple ». De son côté, le client peut lister en favoris ses chauffeurs préférés ou au contraire « black-lister » les indésirables. Une réservation immédiate ou à l’avance est possible.

3000 chauffeurs prévus en 2018

Le lancement officiel de MySam devrait avoir lieu en mars 2017. En test depuis début août 2016, l’application réunit déjà 940 chauffeurs dans une vingtaine d’agglomérations en France, dont 165 à Toulouse, et 3000 clients utilisateurs. « Un succès inespéré puisque nous avions prévu 500 chauffeurs pour nos essais. Nous avons déjà trois jours de délai dans les demandes d’application. Et nous tablons sur 3000 chauffeurs début 2018 pour un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros », explique Pierre Rosi. La start-up, qui a investi 250.000 euros dans le développement de l’application assuré par une PME toulousaine, envisage une levée de fonds pour 2017. Elle doit embaucher deux ingénieurs en février pour compléter l’effectif de cinq salariés aujourd’hui et piloter l’application en interne. Un lancement au Royaume-Uni et aux Etats-Unis est prévu pour 2018.
Isabelle Meijers

Sur la photo : Pierre Rosi est un serial entrepreneur autodidacte, qui a été à la tête d’un centre de remise en forme, d’un restaurant, ou encore d’un parc de voitures d’occasion avant l’aventure MySam. Crédits : MySam