ToulÉco Tarn

Publié le mardi 6 novembre 2018 à 18h42min par Philippe Font

Mont Roucous : l’eau tarnaise veut diversifier ses activités

La petite source d’eau minérale du Tarn tente de tirer son épingle du jeu dans un secteur dominé par de grands groupes comme Danone. Et souhaite diversifier son activité dans l’agroalimentaire.

Derrière les mastodontes Danone, Nestlé ou Cristalline qui trustent les premières places sur le créneau des eaux minérales, le Tarnais Mont Roucous apparaît comme le petit poucet. Pourtant avec ses 150 millions de litres et ses 32 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’entreprise de la holding Nerios détenue par l’homme d’affaires Jean-Claude Lacaze, tire son épingle du jeu. « Les qualités de l’eau Mont Roucous sont uniques, en raison de sa faible minéralisation. L’eau est recommandée par beaucoup de pédiatres pour les nourrissons », explique Didier Ramos, directeur commercial et marketing de Nerios.

Rachetée en 2007 par Jean-Claude Lagarde, la société Mont Roucous a depuis triplé sa production d’eau et par conséquent son chiffre d’affaires. Et réalisé d’importants investissements : entre 2015 et 2016, plus de 4 millions d’euros ont été injectés dans la construction et la modernisation d’une nouvelle ligne d’embouteillage ainsi que d’une cuve de stockage. « Nous sommes présents dans 97% des points de vente en France et également un peu en Belgique. Nous disposons d’un savoir-faire, nous voulons continuer à nous développer sur le long terme », ajoute Didier Ramos.

Se diversifier dans les produits bio

A l’instar de Coca-Cola ou de Danone, et toutes proportions gardées, Mont Roucous souhaite diversifier son activité et investir d’autres marchés, comme les produits bio ou l’agroalimentaire. Pour le directeur commercial et marketing de Nerios, « cela dépendra des opportunités. Certaines grands groupes s’intéressent à des PME en devenir, nous ne sommes pas seuls sur le marché ». Une prudence volontaire dictée par la concurrence féroce sur le marché et le rachat avorté en 2016 de la société Quezac.

Car pour Jean-Claude Lagarde et ses équipes, l’objectif est de garder une ligne directrice claire pour Mont Roucous : certifiée Iso 22000, norme internationale relative à la sécurité des denrées alimentaires, Mont Roucous a également lancé une étude sur la biodiversité avec l’installation de ruches et la récolte du miel qui lui permet de s’assurer que la source située à 1000 mètres d’altitude se situe dans un environnement sain. « Nous souhaitons garder une eau pure », affirme encore Didier Ramos. Et la société refuse de glisser sur les marchés d’eau avec des produits ajoutés.
Philippe Font

Sur la photo : Le site de Mont Roucous dans le Tarn. Photo DR.