ToulÉco Tarn

Publié le mardi 18 avril 2017 à 18h30min par Aurélie de Varax

« Les entreprises commencent à trouver un intérêt économique à l’écologie industrielle »

Le défi de la zone d’activités « les Portes du Tarn » sera d’acculturer les entreprises à son projet d’écologie industrielle. Rencontre avec Nathalie Boyer, déléguée générale de l’association Orée, acteur historique de l’économie circulaire en France.

Les entreprises sont-elles mûres pour s’engager dans l’écologie industrielle territoriale ?
Nathalie Boyer :
Ce sont des démarches nouvelles car complexes et systémiques : la vraie révolution est le passage de l’intra-entreprise à l’inter-entreprises. Des entreprises, qui jusqu’alors évaluaient uniquement leurs propres impacts, à travers leur politique RSE, vont collaborer avec leurs voisines pour mettre en place des synergies. Aujourd’hui, les acteurs commencent à être convaincus par ces démarches car ils savent qu’il y a des problèmes d’approvisionnement en ressources et donc d’augmentation des coûts associés. Ils trouvent dans l’écologie industrielle et territoriale des intérêts économiques à mutualiser des biens, des services, des achats et des flux ; le but étant de partager des coûts. A partir du moment où il y a un intérêt économique, ces projets parlent aux entreprises.

Quels sont les principaux freins à lever ?
Pour que ces démarches fonctionnent, les entreprises vont avoir à dépasser l’obstacle de la confidentialité des données. Dans le cadre d’échanges de flux, elles communiquent avec leurs concurrents ou leurs voisins sur des données stratégiques. Et c’est sur quoi le projet « Les Portes du Tarn » doit ester vigilant : il faut des animateurs qui créent les conditions de confiance entre les entreprises pour faire en sorte que les synergies se concrétisent et fonctionnent dans la durée.

Qu’est-ce qui est particulièrement innovant dans ce projet ?
Il s’inscrit dans un système de durabilité forte. Ce projet a ainsi déployé des outils de métrologie pour mesurer les impacts environnementaux. Et l’autre originalité est que l’on ne vend pas que du foncier mais aussi une implantation : une entreprise sera positionnée là où elle aura le plus de potentiel de synergies avec ses voisines.
Propos recueillis par Aurélie de Varax

Photo Orée.