ToulÉco Tarn

Publié le mardi 10 octobre 2017 à 18h46min par Anne Marie Bourguignon

Le Tarn, un département d’hydroélectricité

Dossier Eau dans le Tarn, à retrouver dans le Mag n°28, toujours en vente !

L’énergie hydraulique couvre 10% des besoins en électricité en France. Sur le département du Tarn cette part est bien au dessus avec 25%. Le Tarn est donc un département d’hydroélectricité.

Un territoire alimenté par deux rivières le Tarn et l’Agout qui coulent sur trois départements, dotées d’usines aménagées dont seize dans le département du Tarn, six en Aveyron et quatre dans l’Hérault. L’état major d’EDF qui en a la charge est à Albi. Une vingtaine de collaborateurs gère l’ensemble sous la direction d’Henri Mesplou, le directeur EDF Hydraulique Tarn-Agout. Une centaine de salariés d’EDF exploitent et maintiennent les barrages de Gaillac, Albi, Castres, Arthès, Brassac, Rivières, Bout du pont de l’Arn.

Trois millions d’euros de prestations confiées aux entreprises locales

« Pour maintenir nos installations et réaliser des travaux ou certaines opérations de maintenance particulière nous faisons appel à des entreprises locales ou régionales. La politique d’EDF étant de faire travailler en priorité les entreprises tarnaises notamment pour l’élagage, la mécanique, l’électrique, le TP ou le Génie Civil », explique t-il. Trois millions d’euros de prestations sont ainsi confiées à celles du Tarn et trois autres millions d’euros à celles d’Occitanie.

Les centrales ont deux statuts. Les petites dont EDF est propriétaire sont soumises à autorisation d’exploitation. Quant aux plus importantes c’est l’Etat qui est propriétaire du site et concède une concession pour l’exploitation sur une durée définie. Deux tiers sont ainsi en concession et un tiers en propriété directe.

Parmi les travaux en cours, la reconstruction de l’usine des Avalats détruite par un incendie lié à un cours circuit dans laquelle EDF investit 1,5 million d’euros et qui devrait redémarrer en fin d’année. Et 1,3 million d’euros dans la construction d’un nouveau groupe de production d’électricité au barrage de la Raviège sur l’Agout pour le printemps 2018.

Sept millions de fiscalité

Pour Henri Mesplou, « L’impact économique d’EDF Hydraulique Tarn-Agout passe d’abord par le métier de producteur d’éléctricité. Puis la sollicitation des entreprises du territoire et les retombées fiscales (7millions d’euros) en grande partie pour les communes et le Département, via lesquelles EDF se félicite de drainer une certaine richesse qui revient au territoire.

Enfin le responsable, assure : « Autour de nos aménagements une économie s’est développée sous diverses formes. Par exemple à Rivières, la base nautique ou sur le barrage de la Raviège qui ont des aires de baignades, des campings, qui génèrent une économie touristique. Autre levier de développement économique, EDF stocke 120 millions de m3 d’eau dans les barrages du Tarn. Cette eau a d’autres effets sur l’économie. En période de sécheresse par exemple, une centaine de nos retenues telle celle de Saints Peyres au Sud du département sur laquelle on pratique des lâchers d’eau pour maintenir le débit de l’Agout. Ce débit profite aux agriculteurs en premier lieu pour arroser, irriguer leurs cultures. De même que les captages d’eau potable. Car cela contribue par ailleurs à un maintien de la qualité de l’eau ».

En faisant ensuite partager son patrimoine au public, EDF ouvre ses barreges et usines à la visite avec des partenariats tels que celui passé avec le Musée du Saut du Tarn à Saint-Juéry à proximité d’Albi, qui organise ces visites comme à l’usine d’Ambialet afin de mettre en valeur ce patrimoine industriel du Tarn.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : Henri Mesplou, directeur EDF Hydraulique Tarn-Agout devant le siège d’Albi. Photo AMB - ToulÉco