ToulÉco Tarn

Publié le mardi 23 février 2016 à 19h28min par Anne Marie Bourguignon

Désormais en co-gestion, le Grand hôtel d’Orléans prend un nouveau virage

Tout en finissant de rénover ses cinquante-six chambres, le Grand hôtel d’Orléans basé à Albi prend un nouveau tournant, avec un chef prêt à réinventer la carte de son restaurant « Le Goulu », et une équipe associée à la gestion de la société.

Depuis plus d’un siècle, cinq générations d’une même famille ont assuré la pérennité du Grand Hôtel d’Orléans. Aujourd’hui, l’entreprise a choisi un modèle économique innovant, tant par sa gestion collective qu’avec ses nouvelles propositions.
Tandis que l’équipe d’associés constituée de cinq collaborateurs fait de son mieux pour produire un accueil de qualité à l’hôtel, David Enjalran, le nouveau chef de cuisine, aux commandes de son piano, allie surprise et tradition dans les assiettes du restaurant.

Une entreprise cogérée

Rebâti en 1968 par Alain et Marie-Madeleine Arguel sur les fondations de l’ancien hôtel de voyageurs créé en 1902 devant la gare d’Albi, le Grand hôtel d’Orléans est repris, en 1999, par Guillaume Arguel et son épouse Hélène.
En 2010, Guillaume, qui est en cuisine, tombe gravement malade et en 2013, c’est le tour d’Hélène. « Nous avons alors pensé à déléguer la direction. Ne trouvant pas de prétendant, nous avons envisagé la vente de l’établissement. Heureusement, nous avons pu compter sur une équipe solide qui a lutté contre vents et marées et nous a permis de passer ce cap difficile », explique t-elle.

C’est en 2014 que le couple reconnaissant de cette constance décide de récompenser l’équipe en lui proposant une co-gestion directe. Dans la foulée la SARL Segho naît en 2015. Guillaume reste gérant majoritaire avec 21% et les cinq collaborateurs engagés se partagent le reste de la société d’exploitation du Grand Hôtel d’Orléans. Hélène devient salariée et prend en charge la promotion-commercialisation.

Un potentiel de croissance de 4%

En 2015, l’équipe génère un chiffre d’affaires de 1,4 million d’euros, en hausse de 7% sur l’exercice précédent (avec une quinzaine d’employés), estimant aujourd’hui possible de l’augmenter de 4%.
Elle vient d’investir 300.000 euros dans la rénovation des 56 chambres du trois étoiles qui devraient être terminées courant mars. Avant d’attaquer la création de trois chambres pour handicapés, à l’automne.
« 2016 est un tournant car nous mettons l’accent sur le restaurant. Notre nouvel objectif n’est pas d’aller chercher une étoile… mais des milliers d’étoiles dans les yeux de nos clients en augmentant la qualité, sans pénaliser les prix. Nous voulons démocratiser la gastronomie », plaisante Hélène Arguel.

Autour du nouveau chef, l’équipe peaufine la carte avec des plats de cuisine traditionnelle, chaque jour réinventés à l’aide de produits frais du terroir aux accents parfois exotiques. D’autant que la maison ambitionne un développement sur le marché asiatique avec le comité départemental du tourisme du Tarn.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : Hélène Arguel et David Enjalran, le nouveau chef du restaurant Le Goulu. Photo AMB - ToulÉco.

5 Commentaires

Répondre à cet article