ToulÉco Tarn

Publié le mardi 15 avril 2014 à 20h50min par Anne Marie Bourguignon

Labastide de Lévis. La Société Hermet fait de l’innovation en béton

Depuis les années vingt, la famille Hermet se distingue dans le béton créatif. La quatrième génération tient, aujourd’hui, les rênes de quatre sites de production en Midi-Pyrénées. Pour sortir du lot, dans un secteur très concurrentiel, l’entreprise mise sur l’imagination et la créativité de ses (...)

Des blocs à bancher, des parements, des coffrages, des entrevous aux pavés pour jardin ou voirie, aux pierres de bastide, aux margelles, aux chapiteaux de piliers, le béton Hermet casse les codes grisâtres du deuxième produit industrialisé, le plus consommé au monde.
Vibré, coloré, armé, composite, auto-plaçant, thermique, ces six types de bétons fabriqués par l’entreprise sont destinés à trois marchés essentiels : la construction, les réseaux TP et le Génie civil et l’aménagement extérieur de la maison.

Une industrie non délocalisable

Pour Régis Hermet : « C’est une industrie non délocalisable par rapport à sa masse et à sa faible valeur ajoutée. Nos matières premières, comme les granulats, proviennent de carrières dans un rayon de 60 km et le ciment dans un rayon de 200 km. Hormis la pierre ponce qui vient de Grèce, que nous utilisons comme un « polystyrène minéral » vu sa légèreté et sa performance. Et que nous sommes les seuls de la région à travailler avec un tel niveau de technicité ».
Très fiers de leurs équipes, les deux gérants de la société familiale s’enorgueillissent surtout de leur créativité pour décliner cette pierre industrielle sur des niches à haute spécificité, dans un marché difficile en rétraction. Les idées maison sont mises au point en interne.

« Sa capacité à être recyclé indéfiniment et sa faible consommation en énergie de production place le béton à l’avant-garde des matériaux durables. Malgré sa mauvaise image de marque, il n’en garde pas moins ses valeurs incontestables de pérennité naturelle, de simplicité de pose, de facilité d’entretien et donc d’économie ».

Si le siège est toujours à Labastide depuis la création de l’activité par Emilien, l’arrière grand-père des deux frères Régis et Fabrice Hermet, actuels gérants, la production se fait sur quatre sites : au Garric, à Pradinas (le plus gros pour l’instant), à Montauban et dans la métropole, à Portet-sur-Garonne.
180.000 tonnes de ce béton moderne en sortent chaque année pour les 3.500 références fabriquées, en vente directe pour la gamme TP et distribuées dans les grandes surfaces de bricolage, tant en Midi-Pyrénées que dans toute la France.

Avec 53 personnels, pour un chiffre d’affaires de 12,5 millions d’euros, les héritiers Hermet ont plein de projets dans leurs tiroirs pour valoriser ce produit basique qu’ils souhaitent tirer vers le haut.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo du haut : Les deux frères, Régis et Fabrice Hermet, encadrant Robert leur père, aujourd’hui à la retraite. En bas : Régis Hermet présente le bloc ponce.