ToulÉco Tarn

Publié le mardi 10 avril 2018 à 18h42min par Anne Marie Bourguignon

La Fonderie de bronze lauragaise lance une ligne d’articles funéraires sur le net

Toujours en quête d’innovation, la Fonderie de bronze lauragaise installée à Blan lance sa toute dernière création. Il s’agit d’une ligne d’urnes et de sculptures funéraires réalisées par les artistes de la fonderie.

Afin de proposer ces œuvres funéraires à des particuliers, la fonderie a créé un site web dédié*. Après avoir déposé une marque, la fonderie y présente des pièces originales numérotées. « Cette activité est en évolution constante avec aujourd’hui une trentaine de clients. Nous voulions innover dans le marché funéraire en intégrant des œuvres d’art conçues par des artistes locaux », se réjouit Nicolas Parc, le chef d’entreprise qui a stabilisé le chiffre d’affaires de la sarl à 550.000 euros avec une équipe de six personnes.

« Dans la foulée, nous allons mettre en place, cet été, une nouvelle technologie qui a nécessité un investissement de 60.000 euros : la technique des cylindres de la coulée au plâtre sous vide, qui permet d’avoir une meilleure qualité et des délais de réalisations divisés par deux », explique t-il.

Après une carrière chez Air Liquide, ce chef de projet, responsable de site, a choisi de se jeter dans le feu de l’entreprenariat. Il y a quatre ans, il a acheté la fonderie à Bernard et Claire Ramond, un couple d’artisans tarnais.

Des pièces uniques pour artistes régionaux

Nicolas Parc réalise des pièces uniques signées ou des séries pour des artistes qui représentent 60% de l’activité. Pour partager ce ressenti il a ouvert ses portes pour accueillir deux groupes en visite guidée dans le cadre des Journées européennes des métiers d’art, afin de faire découvrir tout son savoir-faire.

Ultra contemporaines ou très réalistes - tels les chevaux d’une sculptrice irlandaise, ou les éléphants de François Van Denberghe, ou encore les sculptures de Bernard Vié - ces réalisations constituent dans le hall de la fonderie, une véritable galerie d’art.

Spécialisée dans les sculptures en bronze, la fonderie est en effet l’une des dernières en France à perpétuer la tradition des fondeurs d’art à la cire perdue haut de gamme. La fonderie détient le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) qui est une marque de reconnaissance de l’État mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. L’entreprise réalise également des trophées pour des évènements internationaux. Et intervient également dans la restauration de monuments historiques et la création d’œuvres magistrales pour les collectivités et des sociétés privées.

En septembre, la fonderie de bronze lauragaise espère développer une collection originale de personnages, de fleurs pour vendre directement aux particuliers. L’idée étant de démocratiser le bronze et le rendre accessible avec des pièces allant de 250 à 1000 euros.
Anne-Marie Bourguignon

Sur les photos : En haut : Vue de La coulée. Crédits : DR. En bas : L’oeuvre de la fonderie Caballera blanc. Crédits : Frantz Meyersune des trois dernières pièces de la collection en vente directe au public