ToulÉco Tarn

Publié le mardi 27 novembre 2018 à 18h22min par La Rédaction

L’ouverture de l’autoroute Toulouse-Castres confirmée pour 2023

Dans le cadre de la présentation du projet de loi sur les orientations de mobilité, la ministre des transports Elisabeth Borne a confirmé que l’autoroute Toulouse-Castres qui divise depuis des nombreuses années ses partisans et ses opposants ouvrira en 2023. Baptisée A69 elle devrait relier Toulouse à Castres en, quarante-cinq minutes en contrepartie d’un péage de 7,50 euros.

Alors que la déclaration d’utilité publique (DUP) a été signée le 21 juillet, la validation du projet par l’État précise davantage le calendrier : le contrat de concession devrait être signé en 2021 et le début des travaux pourrait démarrer en 2022 pour une ouverture donc en 2023. Le budget global du projet est estimé à 480 millions d’euros dont 230 millions d’euros abondés par les trois collectivités à parts égales, la Région, le Département et la communauté d’agglomération Castres-Mazamet.

2 Commentaires

  • Le 30 novembre à 08:15 , par revel.thierry

    que de contradictions dans cet article
    1/on parle parfois au futur, parfois au conditionnel donc elle se fera ou bien elle se fera peut-être ?

    2/la subvention d’équilibre n’est pas à parts égales entre région , département et agglomération car tout d’abord le premier contributeur serait l’état et que le reste se partagerait selon le bon vouloir de chacun entre la région , le département du Tarn mais aussi le 31 qui désormais veut bien payer après quelques tractations sur le tracé et sur l’emplacement de l’échangeur , et enfin l’agglomération Castres-Mazamet mais aussi à la demande de cette dernière la CC Sor et Agout qui subirait ainsi la double peine de payer et d’être traversée et amputée sur toute sa longueur.

    3/ elle est réalisée en 2020 dans le début de l’article( donc avant le contrat de concession annoncé en 2021 ) puis en 2023 plus loin

    4/ les travaux démarrent en 2022 ( JANVIER ???? ) et l’autoroute ouvre en 2023 ( DECEMBRE ?????) donc au mieux 24 mois de travaux. Quelle rapidité d’exécution irrationnelle après 40 ans de palabres . Pour être construite si vite elle doit être au rabais ,une autoroute de seconde zone en sorte. On aurait pu en faire des choses en 40 ans avec le même budget publique , afin de ne pas en arriver à cette aberration autoroutière.

    LA DESINFORMATION PAR LES MEDIAS AURA ETE LE FIL ROUGE DU DEBUT A LA FIN DE CE PROJET. PARFOIS PAR PARTI PRIS FLAGRANT ,PARFOIS PAR MECONNAISSANCE TOTALE DU DOSSIER.

Répondre à cet article