ToulÉco Tarn

Publié le mardi 23 octobre 2018 à 20h39min par Valérie Ravinet

« L’ancrage local et durable, une priorité pour Pierre Fabre »

Docteur en pharmacie, Stéphane Labattut a fait sa carrière chez Pierre Fabre. Il dirige la filiale dédiée aux produits dermo-cosmétiques A-Derma, fabriqués dans la région.

Stéphane Labattut, vous avez adopté une stratégie avec un ancrage local quasi-exclusif. Pourquoi ce choix ?
Cet ancrage s’inscrit dans la démarche voulue par le fondateur du groupe, Pierre Fabre : se développer mondialement tout en s’ancrant fortement et durablement dans le Tarn et plus largement dans la région Occitanie. Notre mission est de protéger et de prendre soin des peaux fragiles grâce à un actif, l’avoine Rhealba, sélectionnée parmi 26.000 variétés pour ses propriétés dermatologiques. Née en 1982, la marque fait la synthèse entre sciences et naturalité : culture en bio 100 % Sud-Ouest, peu d’ingrédients, pas de conservateur pour les gammes issues de la cosmétique stérile, des formules naturelles, non allergènes. Ce positionnement a rencontré ses consommateurs.

Vous parlez de circuit court intégral : qu’est-ce que cela signifie ?
D’un bout à l’autre de la chaîne de production, le circuit est local : recherche et développement dans le centre Pierre Fabre de Toulouse, semence et récolte dans le Tarn, séchage et extraction à Gaillac, production à Soual et distribution à Muret. Nous allons encore plus loin dans la recherche de cohérence, avec programme de compensation carbone, réutilisation du marc d’avoine pour chauffer l’usine de Soual, contribution au maintien de la biodiversité des espèces animales et végétales de Terre d’Avoine, à Puylaurens.

Quelle est aujourd’hui votre dynamique sur le marché ?
Nous bénéficions d’une belle dynamique de croissance, de l’ordre de 8 % par an depuis quatre ans. La marque A-Derma comprend quatre-vingt références, emploie une centaine de collaborateurs directs et le marché international représente plus de 50 % de son activité, pour un chiffre d’affaires de près de 90 millions d’euros. Nous sommes bien déployés en Europe et entamons notre développement en Asie et en Amérique du sud.
Propos recueillis par Valérie Ravinet

Sur la photo : Stéphane Labattut, responsable de la filiale dédiée aux produits dermo-cosmétiques A-Derma. Crédits : A-M.B – ToulÉco.