ToulÉco Tarn

Publié le mardi 9 janvier 2018 à 19h00min par Laurent Bailly Barthez

INN-Ovations Tarnaises : Quand Culture et Économie innovent de concert

Troisième édition des INN’Ovations Tarnaises, consacrée aux relations entre culture et économie. Pour les intervenants du débat, le secteur culturel doit son salut par son innovation dans de nouvelles formes d’organisation et de modèles économiques. Explications.

Le vendredi 8 décembre à la Cave Vinovalie de Técou, INN-Ovations Tarnaises, le rendez-vous de l’Innovation et des acteurs qui font bouger le Tarn économique, organisaient sa troisième édition, sous le parrainage de EDF Une Rivière Un Territoire Développement. Une journée placée sous la thématique « Quand Économie et Culture innovent de concert ! », avec une table ronde rassemblant plusieurs acteurs du territoire : Alain Navarro, directeur d’Arpèges et Trémolos, organisateur du festival Pause Guitare ; Guilhem Wittmann, président de l’association des Guides et Interprètes du Tarn ; Anna Préteur, co-gérante du Café Plùm, acteur atypique de la culture en milieu rural à Lautrec ; et Thibault Benne, dirigeant de Benne SA, partenaire de Pause Guitare dans la réalisation des lettres "hollywoodiennes" qui accueillent les festivaliers à l’entrée du festival et contrepoint du débat.

Après le temps des échanges avec le public en tables d’Hôtes, malicieusement implantées par Tchin & Co au milieu du Chai à Barriques de la cave de Técou, chaque intervenant a pu témoigner sur le sujet. Oui, les acteurs culturels sur le territoire tarnais sont des acteurs économiques, actifs au milieu des autres même s’ils ne sont pas « comme les autres », et avec un rôle majeur à jouer en milieu urbain comme rural, où ils pèsent parfois plus que la plupart des secteurs traditionnels.
Si la baisse des dotations publiques est bien une réalité, et une menace pour de nombreuses organisations, Alain Navarro rappelait que c’est aussi « un facteur d’indépendance : diversification des modèles, multiplication des partenariats que tous ont appris à nouer, notamment avec le monde de l’Entreprise ».
Mais pour autant, ce monde culturel doit garder sa singularité, comme en témoigne le Café Plùm. « Quel que soit le public auquel on s’adresse, la finalité doit rester de procurer l’expérience de l’émotion, sur fond d’une exigence culturelle de tous les instants », complète Anna Préteur.

L’acteur culturel, nouvel hybride ?

Du coup, poursuivant plusieurs missions, l’acteur culturel reste un hybride, qui se doit d’innover dans ses formes d’organisation ( par exemple, le statut associatif, longtemps majoritaire, atteint ses limites. Si le Café Plùm est le seul à avoir sauté le pas en 2015 de la société cooperative, tous regardent d’un œil attentif les propositions à venir du gouvernement sur les Entreprises à Mission). Mais aussi dans sa recherche d’autres modèles économiques : si la rentabilité n’est pas un gros mot, pour pouvoir continuer à produire sens et qualité, elle ne doit pas se transformer en recherche d’une pure profitabilité, qui va brider l’innovation et la diversité de l’offre…

Alain Navarro rappelle également la plus grosse menace qui plane sur son secteur du Spectacle Vivant : « Le phénomène d’ultra-concentration et de financiarisation est en cours, avec le rachat de nombreux organisateurs par des fonds », dit-il. « Il met en péril la bio-diversité culturelle en favorisant une offre plus restreinte et plus formatée, ainsi qu’une prédominance croissante du seul anglais au détriment d’autres langues mais aussi d’autres modes d’expression. » Un constat inquiétant auquel les acteurs territoriaux doivent faire face avec solidarité, par le développement de collaborations. Pause Guitare travaille ainsi ses relations horizontales avec d’autres festivals similaires en France et dans le Monde, mais développe aussi ses collaborations verticales avec des acteurs plus modestes ou plus spécialisés.

Car finalement, et comme le rappelle en conclusion Stéphane Souclier, du Café Plùm, « si économie et culture innovent bien de concert, c’est en étant chacun et ensemble des facteurs d’attractivité du territoire pour des habitants toujours plus en demande ! »
Laurent Bailly Barthez

Sur la photo : la troisième édition de INN-Ovations Tarnaises s’est déroulé à la Cave de Técou. Photo ToulÉco.

A lire sur le sujet

Actuellement en kiosque, le dernier dossier de ToulÉco Tarn : Économie et Culture : les bons accords.