ToulÉco Tarn

Publié le mardi 13 décembre 2016 à 20h43min par La Rédaction

Grippe aviaire : 47.000 volailles abattues dans le Tarn

Pendant dix jours, le Tarn a fait le grand ménage dans ses élevages afin d’éradiquer le virus de la grippe aviaire. Face à la menace, le principe de précaution a été appliqué à la lettre.

47.000 volailles ont été abattues dans sept élevages du Tarn qui abritaient des foyers d’influenza aviaire H5N8. L’opération qui s’est terminée le vendredi 9 décembre a été menée par la Direction départementale de la protection des populations du Tarn. L’abattage des gallinacées s’est déroulé dans deux abattoirs du département avec un strict respect des mesures de biosécurité. Depuis lundi 5 décembre, aucun nouveau foyer n’a été détecté dans le Tarn.

De son côté le préfet du Tarn rappelle à la vigilance tous les acteurs, notamment les vétérinaires, les éleveurs, les chasseurs, les propriétaires particuliers de basses-cours et les autres détenteurs d’oiseaux pour éviter la propagation de ce virus. Cela passe en particulier par une application sans faille des mesures de biosécurité et le signalement de toute mortalité d’oiseaux.

La nouvelle de nouveaux cas de grippe aviaire dans le Tarn,annoncée le 1er décembre dernier, avait été un coup dur pour les éleveurs de canards du sud-ouest, à quelques semaines des fêtes de fin d’année. Quatre départements d’Occitanie étaient concernés, mais c’est dans le Tarn que serait partie l’infection. Deux élevages d’Almayrac ont été contaminés, obligeant les autorités à tuer dès la semaine dernière 7000 volatiles afin d’éradiquer la propagation du virus H5N8.

En un an, c’est la deuxième fois que les élevages de canards du sud-ouest sont impactés par le virus de H5N8 : fin 2015, plusieurs foyers de grippe aviaire relevés dans les élevages de canards avaient obligés les professionnels de la filière à stopper tout élevage pendant plusieurs mois. Dans le même temps, les éleveurs avaient mené des opérations de nettoyage de leurs installations.

Le ministère de la santé qui affirmait vouloir l’éradiquer sous huit jours a mis des moyens en place. Les premières mesures sont déjà tombées : la reprise des exportations en dehors de l’Union européenne, notamment au Japon, a été reportée de trois mois.
Ph. F.
Photo Rémy Gabalda - ToulÉco