ToulÉco Tarn

Publié le mardi 17 juin 2014 à 21h21min par Anne Marie Bourguignon

Graulhet. Chez Massoutier, Jacky et Fils, le plâtre est une affaire artisanale de famille

Retrouvez cet article sur le site de notre partenaire

Spécialisée dans les travaux de plâtrerie sèche et humide, en neuf comme en rénovation, l’entreprise de plâtrerie Massoutier, Jacky et Fils, évolue à 80% sur les marchés publics, dans des ouvrages fonctionnels du secteur tertiaire.

Les 67 salariés des Établissements Massoutier, regroupés autour de Jacky (le père) et Pascal (le fils), reflètent bien l’état d’esprit de l’entreprise éponyme. 70% d’entre eux ont été formés, ici.
Les plaquistes de la zone artisanale de la Molière à Graulhet, ont acquis une notoriété régionale sur des chantiers phares, tels que les hôpitaux de Rodez, Cahors, Muret, et bien sûr, Albi et Castres.

Des références prestigieuses auxquelles s’ajoutent l’EMAC, l’usine Lagardère, une partie des usines d’assemblage de l’A350, l’Hôtel de Région ou encore le Stadium à Toulouse.
Pour tous ces chantiers, ils ont réalisé la partie distribution intérieure des bâtiments, cloisonnement, plafond, isolation (qui permet un confort thermique et acoustique), ainsi que la protection incendie.

Un métier qui doit passer par les doigts

Créée en 1969 par ses parents, l’entreprise est, aujourd’hui, dirigée par Pascal Massoutier qui, après un diplôme de commerce, a choisi de faire un BEP de plâtrerie.
« C’est un métier qui doit passer par les doigts », se réjouit Jacky, fier que son fils ait expérimenté toutes les étapes techniques, grâce auxquelles il a acquis un savoir-faire exemplaire.
« Nous évoluons à 80% sur les marchés publics. Au sortir de deux années difficiles, notre chiffre d’affaires est passé de 11 à 14 millions d’euros. Notre carnet de commandes est bien soutenu, malgré l’absence de signes de reprise », précise le dirigeant.

Desservi par la période post élections, qui lui ont, notamment, fait perdre le chantier de la Maison de l’image à Toulouse, abandonné par la nouvelle municipalité, le chef d’entreprise avoue être amené à élargir son périmètre. C’est au Bourget, que la société va, peut-être, intervenir pour une des usines Eurocopter.
« L’accès à la commande publique est compliquée, car certains maîtres d’œuvre nous font perdre environ 20% de succès sur les appels d’offres, en survolant les analyses d’offres », précise t-il.
Et de suggérer un amendement, afin que l’analyse d’offres soit faite par les maîtrises d’œuvre extérieures au chantier. Il émet par ailleurs un vœu pieu sur la réorganisation des réunions de chantier « grignoteuses d’énergie », pourquoi pas par télé-réunion ?

Entreprise inscrite à la fois à la Chambre des métiers et à celle du Commerce et de l’Industrie du Tarn, elle fait travailler une centaine de sous-traitants. Dans la perspective de développer sa force de frappe qu’est son bureau d’études, la maison Massoutier est en train de refaire les locaux qui lui sont destinés.
Anne-Marie Bourguignon

Photo AMB : L’équipe des Etablissements Massoutier et Fils regroupée autour de Josiane Chavalier, préfète du Tarn, en visite d’entreprise