ToulÉco Tarn

Publié le jeudi 13 juillet 2017 à 11h42min par Philippe Font

Entre Toulouse et Albi, les Portes du Tarn accueille ses premières entreprises

Annoncé comme le premier parc d’écologie industrielle en France, les Portes du Tarn devraient accueillir à la fin de l’année sa première entreprise, Vinovalie. Les porteurs du projet misent sur des investisseurs pour remplir leur parc.

C’est à la fin de l’année 2017 que les premiers salariés arriveront sur les Portes du Tarn, vaste zone d’activité située entre Toulouse et Albi. Une trentaine de salariés de Vinovalie intégreront les locaux flambants neuf de la société tarnaise qui inaugurera alors sa chaine d’embouteillage capable de gérer 30 millions de bouteilles par an.

Sans aucun doute, un soulagement pour le président du département du Tarn Thierry Carcenac. Il rappelait ce jeudi 6 juillet que le projet dont l’aménagement est estimé à 87 millions d’euros, a été lancé il y a dix ans « à cheval entre le Tarn (71,5% de la superficie) et la Haute-Garonne (28,5%)… L’objectif est de remplir cette zone d’ici 2042, date de la fin de concession », a expliqué l’élu. Et la tâche ne semble pas aisée. Car sur les 198 hectares de la zone, seuls 126 sont commercialisables pour le projet à proprement dit d’écologie industrielle.

Pour l’instant une demi-douzaine d’entreprises se sont positionnés, dont de nombreux promoteurs qui vont construire des bâtiments de bureaux ou d’espaces industriels afin de les louer. « Dans notre travail de prospection nous avons été obligés de nous orienter vers des investisseurs », explique Antoine Chorro, directeur général de la Société publique locale d’aménagement (SPLA).

Du côté de chez Pitch Promotion, l’initiative reste originale : « Il n’y a pas d’offre de ce type sur le territoire : les Portes du Tarn est un parc d’activités dédié aux entreprises technologiques ou aux start-up, et c’est complémentaire avec notre activité », rappelle Frédéric Defay son responsable. La société est déjà très présente à Toulouse. Elle vient de livrer un bâtiment de 48.000 m² pour Airbus, et devrait débuter les travaux de trois nouveaux bâtiments sur 15.000 m² en 2018. Dans le viseur de Pitch Promotion pour les Portes du Tarn, des grands groupes vendant du matériel comme des panneaux photovoltaïques, des photocopieuses ou des sociétés de services.

2200 emplois d’ici 2040

D’autres enseignes ont également annoncé leur installation sur les portes du Tarn : Terres de Pastel, créée en 2013 à Labège, la filiale française de Lead Tech spécialisée dans l’aéronautique, JMG Partners qui devrait s’installer sur 16 hectares ou encore Themelia qui devrait construire des bureaux sur plus de 5000 m2 destinées aux PME et PMI. D’ici 2030 ou 2040, la zone devrait ainsi abriter près de 2200 emplois au nord-est de Toulouse.

Accessibles par l’A68, les Portes du Tarn le seront aussi via le train, Saint-Sulpice se trouvant à 20 minutes de Toulouse. Une flotte de 150 vélos électriques et quatre voitures électriques en auto-partage permettront aux salariés ou visiteurs de se déplacer sur le site.

« Les Portes du Tarn sont complémentaires de toutes les activités présentes sur Toulouse et la métropole, cela contribue à un équilibre entre l’urbain et le péri-urbain ou le rural, il est important de créér des emplois à l’endroit où les gens vivent », se félicite de son côté Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne et « caution » financière de la communauté de communes de Val Aïgo dont Bessières, Villemur-sur-Tarn et Buzet-sur-Tarn font partie.

Une partie de la zone sera dédiée à des commerces et des activités de loisirs (piscine, cinéma …). « Le but n’est pas de déplacer sur les Portes du Tarn des entreprises du département déjà existantes. Nous travaillons avec les communes aux alentours pour adapter l’offre de commerces », ajoute Thierry Carcenac. Elus et décideurs ont jusqu’en 2042 pour respecter cette feuille de route.
Philippe Font

Sur la photo : Une vue de la future chaine d’embouteillage de Vinovalie. Crédits :Brunerie et Irissou Architectes

2 Commentaires

  • Le 7 juillet à 11:11

    Ce projet est une aberration sans nom strictement politique et qui n’a rien d’innovant. Elle est où l’écologie industrielle, au regard des implantations annoncées, les portes du Tarn prend le chemin de devenir une zone d’activité classique comme il en existe des centaines en France. En réalité les portes du Tarn c’est un aménagement penser pour et par les amis du Pdt du CD 81, pour et vers l’agglomération Toulousaine au détriment des zones du Département les plus éloignées (est/montagne, sud et nord du Tarn) Belle politique d’aménagement du territoire.
    Merci monsieur CArcenac, II n’y a que dans le Tarn que le Conseil départementale arrive à faire de la politique économique plus de 2 ans après la mise en oeuvre de la loi NOTRe

Répondre à cet article