ToulÉco Tarn

Publié le mardi 8 mars 2016 à 19h16min par Anne Marie Bourguignon

Conjoncture. L’économie tarnaise résiste mais reste fragile

De l’étude du bilan 2015, présenté à quelque 120 professionnels, par la Banque de France, la chambre de commerce et la chambre des métiers du Tarn, il ressort que la situation économique tarnaise est en passe de s’améliorer… légèrement.

C’est à Réalmont que les analystes ont fait le point sur la conjoncture tarnaise. Même si les indicateurs sont timides, après une année sous le coup de la loi NOTRe* et des nouveaux dispositifs fiscaux et juridiques pour les entreprises, les perspectives 2016 laissent entrevoir une activité à la hausse pour certains secteurs, notamment ceux de la chimie ou de la mécanique. Tandis que celui des TP reste à la peine, et ceux du cuir et du textile à la baisse.

C’est donc grâce à l’endurance de quelques secteurs clés que l’économie tarnaise est parvenue à résister, sans pour autant bénéficier pleinement de l’environnement toulousain.Dans l’industrie, les meilleures performances sont observées dans la mécatronique, l’électronique et les automatismes ainsi que dans l’ensemble de la chimie.

Dans les services marchands, on distingue la bonne tenue de l’informatique, des TIC et une embellie dans l’activité touristique. Le commerce se caractérise par une dualité qui s’accentue : la grande distribution et la vente en ligne sont en progrès continu, tandis que le commerce traditionnel peine à retenir les consommateurs.

La situation de l’emploi reste préoccupante

Michel Bossi, président de la CCI du Tarn commente : « De manière globale, les entreprises du Tarn se portent bien. Le point noir reste l’absence de commandes publiques due à la perte de moyens des collectivités. D’autres secteurs connaissent des difficultés. Si le recours à l’intérim est en progression, la situation de l’emploi** reste préoccupante, notamment dans le sud du département ».

Dans le nouveau contexte de la grande région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, alors que le nord et l’ouest tarnais se félicitent d’une accélération de potentiel, le désenclavement du sud du département est absolument indispensable. Le président fait appel à toutes les entreprises pour se mobiliser en sa faveur.

Un contexte encore fragile

Le rapport détaille par ailleurs que le secteur du bâtiment et des travaux publics, en difficulté depuis plusieurs années, ne parvient pas à se redresser durablement. Les appels d’offres sont rares, les devis restent âprement discutés dans un contexte général de forte concurrence, la demande manque de dynamisme et les conditions tarifaires sont toujours tirées à la baisse.

Dans ce contexte encore fragile, les rentabilités ont été maintenues. L’investissement a progressé dans l’industrie et a fléchi dans les services et le BTP. Indépendamment de leur secteur d’activité, les entreprises les mieux structurées, capables de s’adapter aux attentes du marché, voire de les anticiper, ont su se développer ou préserver leurs acquis. Dans ce contexte, des facteurs d’espoir sont mis en avant, certes encore minoritaires, mais qui se situent à leur plus haut niveau depuis cinq ans.

2016 s’inscrit donc plus généralement dans le prolongement de l’année écoulée. L’activité pourrait poursuivre sa croissance dans l’industrie et les services marchands pendant que la production donnerait quelques signes de reprise dans le bâtiment et les travaux publics, concluent les experts.
A.-M. B

Sur la photo D.R. : Michel Bossi, président de la chambre de commerce et d’industrie, Jacques Bonhoure, directeur de la Banque de France, Alain Fauré de la chambre des métiers et d’artisanat du Tarn

*Loi NOTRe du 07/08/2015 portant la nouvelle organisation territoriale de la République
**11,1% de taux de chômage dans le département (21.690 personnes)