ToulÉco Tarn

Publié le mardi 10 octobre 2017 à 19h01min par Anne Marie Bourguignon

Christophe Ramond, nouveau président de Themelia

Christophe Ramond succède à Thierry Carcenac à la présidence de la société d’économie mixte Themelia.

Alors qu’il quitte ses fonctions de président de Themelia, Thierry Carcenac a passé le relais à Christophe Ramond qui a fait l’unanimité lors des élections du conseil d’administration de la Société d’économie mixte du Tarn (la Sem 81 devenue Themelia) : « qui concilie l’intérêt des collectivités et l’efficacité économique ».

Il a commencé par faire le point de ses vingt-sept années de présidence : « Themelia réalise un chiffre d’affaires de deux millions d’euros moyen annuel. Depuis sa création, elle a réalisé environ un milliard d’euros d’investissements (900 millions d’euros directs et cent millions indirects). La plupart des investissements ont bénéficié au BTP et à l’ingénierie de la construction pour la réalisation d’environ 500 bâtiments d’études opérationnelles ou d’aménagement ». Il s’est par ailleurs félicité que la Sem 81 devenue Themelia ait contribué à la création d’au moins 2000 emplois directs dans le département.

Premier acteur de l’aménagement et du développement économique du territoire du Tarn, Themelia emploie vingt-cinq salariés dont cinq mutualisés dans le cadre d’un GIE avec les deux SPL « Les Portes du Tarn » et « D’un point à l’autre ». Un tiers de l’activité de Themelia est réalisé au service des entreprises privées.

A son tour Christophe Ramond s’est déclaré ravi de l’évolution de Themelia « qui doit rester le fil conducteur en répondant aux attentes des territoires. C’est le bras armé des dossiers. Un outil économique pour répondre aux besoins. Sachant que le contexte ne sera pas aussi favorable (avec notamment la suppression des contrats aidés) notre objectif premier doit rester l’équilibre financier qui a toujours existé. Nous devons nouer des partenariats avec la Région en jouant notre rôle d’aménageur du territoire et aussi s’ouvrir à l’extérieur au-delà du département ».

Philippe Quillet, directeur de Themelia, a quant à lui remercié Thierry Carcenac pour la stratégie qu’il a su impulser qui a permis à Themelia d’être le premier aménageur public dans le département dans les zones d’intérêts, les intercommunalités etc. Avant de remettre avec humour au président pour l’un et au sénateur pour l’autre les insignes de la maîtrise d’œuvre (casque de chantier et gilet de sécurité ou chasuble de signalisation) à haute visibilité.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : Christophe Ramond, nouveau président de Themelia et Thierry Carcenac son prédécesseur. Photo AMB - ToulÉco

P.S.

*Themelia s‘est investie dans plusieurs zones d’activités et commercialise à ce jour : la ZAC du Mas de Rest à Gaillac, la ZAC des Cadaux à Saint-Sulpice. A l’interface avec l’ensemble des acteurs économiques (administrations, collectivités, financeurs, entreprises du bâtiment), Themelia est la « clé de voute » de projet d’aménagement, de construction ou de réhabilitation, garantissant sa faisabilité. Soit plus de 300 références dans le Grand Sud Ouest.
Car la société s’ouvre à la nouvelle région Occitanie. En élargissant son périmètre géographique d’intervention sur l’Aude et l’Aveyron (aménagement ZAC de Griffouls à Castelnaudary – Accompagnement à la mise en œuvre d’un projet urbain à Millau – Aménagement d’une ZAC Grand Champ à Luc la Primaube – Hôtel d’entreprises à Castelnaudary), contacts avec l’Agglomération de Carcassonne et quelques-unes de ces communes, et la Communauté de Communes de Villefranche de Rouergue.

1 Commentaire

  • Le 11 octobre à 16:47

    Depuis l’entrée en vigueur de la loi Notr, je m’interroge sur la capacité du Département du Tarn a conserver un rôle d’actionnaire majoritaire au sein de de cette structure dont un des objets est de réaliser des aménagements et du développement à vocation économique alors que les textes en la matière sont précis. Ces compétences ayant été retirées aux Départements, la loi obligent ces derniers à céder plus des deux tiers des actions qu’ils détenaient avant l’entrée en vigueur de la loi aux collectivités territoriales membres de la structure qui ont désormais en charge ces compétences.

    Aujourd’hui si l’on se réfère au site internet de Thémalia le département possède aujourd’hui près de 43 % du capital de la société. En prenant comme hypothèse d’un capital de 100 % (ce qui est impossible au vu de la nature juridique d’une SEM) avant la loi, le capital du département ne devrait pas excéder les 33 % .

Répondre à cet article