ToulÉco Tarn

Publié le mardi 18 avril 2017 à 19h00min par Anne Marie Bourguignon

Archivage. Reprise d’Archibald par trois de ses dirigeants

Spécialisée dans l’archivage numérique et la sécurité des données, la SAS Archibald European Archives basée à Blan dans le Tarn, va fêter ses vingt ans sous la houlette de ses trois nouveaux dirigeants qui viennent de racheter l’entreprise.

Nouvelle unité de réception, numérisation et gestion électronique des courriers et documents d’entreprises, la SAS Archibald European Archives a inauguré son ScanDocs Center, l’été 2012. Un ScanDocs Center performant, à hauteur des ambitions de croissance de la société tarnaise qui affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros, en progression de plus de 8% par rapport à l’exercice précédent. Avec une équipe de vingt à vingt cinq collaborateurs selon les besoins.

« Une forte croissance due à son développement numérique. Nous souhaitons surtout que la société reste à taille humaine afin de maintenir une relation de qualité avec nos clients pour un développement raisonné », se réjouit Jean-Luc Alibert, un des trois jeunes associés dirigeants qui viennent de reprendre la société à hauteur de 50% en ce qui le concerne et de 50% pour Maryline et Olivier Huc, un couple d’anciens cadres maison.

Le trio a créé une holding pour le groupe Archibald qui détient Archibald Archives et Archibald Numérique. En un mois, Archibald vient d’embaucher deux personnes et espère en recruter cinq autres, dans le courant de l’année.

Des références dans les grands groupes comme les PME

Créée en 1997, à Blan, par son président Jean-Paul Duval, l’entreprise tarnaise s’est spécialisée dans la gestion documentaire externalisée. Pour des entreprises du Cac40 comme Air Liquide ou des grandes entreprises régionales, nationales et internationales, telles que, Ricoh, Géodis, National Citer, mais aussi des sociétés reconnues du secteur bancaire et des institutions publiques. Également, bien sûr, des entreprises locales, comme Pierre Fabre, la CCL, la Cepheid ou Scopelec.

Agréé Service Interministériel des Archives Françaises, le dernier bâtiment construit permet d’accueillir des archives publiques et de Santé. Les docs papier sont pris en charge chez les clients par une flotille de quatre véhicules pour être conservés ici, ce qui donne plus de force de proposition pour la durée légale de conservation. Et qui permet entre autre d’actualiser leur élimination. Avec une réactivité à J+1 en version originale papier et sous quatre heures en version numérique.

L’innovation à tous crins

Responsable de la production, Maryline Huc détaille : « Après avoir piloté l’entreprise sur toute l’année 2016, nous avons concrétisé la reprise cette année. C’est l’aboutissement d’un travail de cinq années depuis le création d’Archibald numérique. Nous sommes par ailleurs ravis de développer l’emploi local. Tous nos collaborateurs habitent aux alentours ».

Son mari Olivier Huc, directeur des systèmes d’information et président du groupe fait chorus : « Les avancées techniques nous amènent de belles perspectives pour l’avenir. Avec une méthode de travail à l’esprit start-up qui motive les troupes en donnant un dynamisme perpétuel ».

De son côté, Jean-Luc Alibert précise : « Notre objectif est de permettre à nos clients et nos partenaires de s’épanouir dans un environnement où tout est plus simple. Cent pour cent de notre énergie est dédiée à l’innovation. Comme simplifier les processus de nos clients pour faciliter leur gestion documentaire ».

Agilité, réactivité, proximité, souplesse alimentent leur crédo d’entrepreneurs et sont déjà reconnues par un excellent retour client. À qui ils proposent plusieurs prestations dans un contexte d’explosion du marché du Numérique et notamment de la dématérialisation des échanges de données sécurisées.
Archibald est le seul acteur pour cette activité au cœur de l’Occitanie.
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo : de gauche à droite : Guillaume Alvès, en charge du développement, Maryline Huc associée responsable de la production, Jean-Luc Alibert, directeur général du groupe et Olivier Huc, associé, directeur des systèmes d’information.
Photo AMB - ToulÉco