ToulÉco Tarn

Publié le mardi 16 mai 2017 à 21h00min par Anne Marie Bourguignon

Albi Eco race : un challenge de mobilité douce et silencieuse

Retrouvez le dossier Mobilités, dans le Mag n°27, disponible en kiosque !

Durant trois jours, constructeurs, collectivités, équipementiers divers et futurs usagers se sont retrouvés sur le circuit d’Albi pour admirer les performances de véhicules à énergies renouvelables, électriques, à hydrogène, solaires.

Organisée par l’Avere Midi-Pyrénées - l’association œuvrant pour le développement de la mobilité électrique - l’Albi Eco race 2017 est une grande première.
Sur le plateau : dix véhicules à hydrogène, douze prototypes électriques, cinq racers solaires se sont succédé sur la piste. Endurance, vitesse, capacité d’autonomie, toutes ces voitures ont rivalisé dans des épreuves de régularité ou de rapidité.

« C’est une manifestation nationale au niveau des Kangoo et internationale pour les véhicules solaires avec des équipages allemands, italiens et français. C’est le premier challenge français électrique avec plusieurs énergies confondues », explique Frédéric Mauriès, co-organisateur et référant technique.

1800 km avec un seul litre d’essence

Sur un stand, les élèves du Lycée Rascol d’Albi (techniciens d’usinage et de carrosserie) présentent leur Tucar E, un prototype à moteur électrique qui « d’après les calculs peut parcourir 1800 kilomètres avec un seul litre d’essence ».
Plus loin, l’école des Mines d’Albi montre ses créations. Bastien Colas, 24 ans, ingénieur des Mines, diplômé en 2016, a participé avec son école en partenariat avec GRDF au Rallye Monte-Carlo 2016 des énergies nouvelles avec une voiture au gaz naturel.
« L’École s’est dotée, depuis plusieurs années, d’une flotte de véhicules fonctionnant au gaz naturel et d’une station de recharge GNV, présentant l’intérêt de très faibles émissions de CO2 et d’absence quasi-complète d’émission de particules », se réjouit ce jeune passionné d’énergies nouvelles.

Héol : La voiture solaire française homologuée à l’international

À peine rentrée d’un challenge en Egypte, la voiture solaire brestoise Heol, d’Eco Solar Breizh, séduit de prime abord par son look futuriste, bardée de technologies.
L’engin est présenté par Jean-Luc Fleureau, président fondateur de l’association. Aujourd’hui « Conseiller technologique » auprès des entreprises de la Région Bretagne, l’ingénieur diplômé de l’UTC, filière R2E (Robotisation des entraînements électromécaniques), titulaire d’un DEA Robotique de L’École centrale de Nantes et docteur en sciences informatiques de l’Université de Rennes I, partage son savoir et son savoir-faire autour des véhicules électriques solaires.

Son expérience dans le domaine des batteries, des moteurs brushless et des panneaux solaires lui permet également de conseiller les jeunes étudiants qui se lancent dans un tel projet. « Heol est un de nos trois prototypes. La seule voiture solaire française homologuée à l’international », dit-il.

Enfin, Nicolas Daudou, directeur des opérations à la SEM Eveer’Hy’pôle, explique : « Nous sommes spécialement impliqués dans l’organisation de la course des Kangoo ZE à prolongateur d’autonomie à hydrogène. Elles doublent leur distance de trajet, en particulier pour des utilisations professionnelles comme celles des collectivités, la Poste, EDF, Trifyl ou la CCI du Tarn ».
Anne-Marie Bourguignon

Sur la photo du haut : une partie des co-organisateurs, des concurrents et trois des modèles, dont le fameux Héol solaire en lice pour Albi Eco race.
En bas : Des élèves du Lycée Rascol d’Albi. Photo AMB - ToulÉco